Le Président Paul Biya vole aux secours des victimes de l’escroquerie grossière montée par la fausse organisation Mission d’intégration et de développement de l’Afrique (MIDA)

Le gouvernement camerounais a mis fin aux activités de l’organisation dénommée mission d’intégration et de développement de l’Afrique en abrégée MIDA, installée dans le 3éme arrondissement de la ville de Yaoundé au quartier Ahala. Qui opérait clandestinement depuis plusieurs mois.

Cette organisation présentée par des Commandeurs mafieux sous plusieurs appellation usurpées entre autres la Commanderie d’Afrique de l’Ordre militaire hospitalier de Saint –Jean, Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique, Ordre Apostolique de Saint Jean n’a aucune existence légale sur le territoire national. Il s’agit en réalité d’une entreprise monstrueuse d’escroquerie de grande envergure dont l’objectif déclaré par les initiateurs sur fond d’activité dolosive, clientéliste et d’opération de charmé est de faire miroiter à leurs victimes pour l’essentiel des jeunes Camerounais des formations, des recrutements et des financements mirobolants pour leur projet. Ce stratagème a permis aux initiateurs sans foi ni loi de l’organisation MIDA de rassembler pour leur compte d’importantes ressources financières estimées à plusieurs milliards de Francs CFA, en violation de toutes les règles en la matière.

Le mécanisme habilement utilisé consistait à collecter auprès de tout nouvel adhérent la somme de 12500 Fcfa pour lui rétrocéder en un temps très réduit en moins d’un mois la somme de 70000 Fcfa, à l’instar des vastes scandales financiers éventrés dans plusieurs pays du monde. L’organisation MIDA a réalisé un montage frauduleux consistant à rémunérer les investissements ou les épargnes de ses cibles essentiellement sur la base des fonds procurés par des nouveaux adhérents. Autant dire que la dite organisation a fait usage du système pontique bien connu des mécanismes de montages financiers illicites. Au regard de la gravité des actes perpétrés par le réseau d’escrocs financiers de MIDA, le gouvernement de la République tient à rassurer la communauté nationale internationale de ce que les responsables, de cette organisation et toute la chaine des affidés et complices ont été identifiés et interpellés .Ils répondront de leurs actes devant les juridictions compétentes. En outres, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul Biya a instruit le gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires en effet de procédera au remboursement intégrale des sommes extorqués aux victimes de cette vaste et abominable escroquerie. C’est le lieu d’inviter tous les Camerounaises et Camerounaises, victimes de cette supercherie et de toutes les autres supercheries comparables à faire preuve de vigilante de toutes les instants en vue de faire échec à toutes les manœuvres et toutes manipulations des esprits ourdis par certains activistes dans l’optique d’instrumentaliser les difficultés et mécontentements de tous ordres auxquels les jeunes pourraient être confrontés . Les populations doivent être des gardiens jaloux de la stabilité, de la paix et de l’intégrité territoriale de la nation. Il est urgent et important que la nation camerounaise et sa jeunesse résistent au faux miroir que brandissent les ennemis de la nation et les acteurs de la déstabilisation.

Mesures salutaires et humanitaires du Chef de l’Etat

La décision du gouvernement vient ainsi mettre fin aux activités du Mida et protéger l’épargne des Camerounais. La réaction du gouvernement rentre dans le cadre du salut public, arrêter le massacre avant qu’il ne soit trop tard, arrêter la gangrène avant qu’elle s’attaque à tout le corps, arrêter l’hémorragie avant que le corps ne se vide du sang. Parce que cette affaires, les promesses étaient trop belles pour être vraies. Car comment comprendre que pour participer à un séminaire de formation, chaque candidat s’inscrit à 12500 Fcfa argent ? Les promoteurs de Mida ont de la peine à le dire. Pour quel objectif ? Les réponses sont évasives. Cette affaire en rappelle plusieurs autres qui ont vu les épargnants naïfs perdre d’importants capitaux. Toujours ici au Cameroun, au début des années 2000, une soi-disante société d’épargne et de placement dénommée Leadership Academy promettait aux épargnants de placer leurs épargnes dans les affaires à forte rémunération. Et face au doute sur les mécanismes de placements, la Cobac n’avait pas délivré l’agrément, et le ministère de l’Economie et des Finances d’alors demandant aux épargnants d’éviter toutes transactions avec cet organisme. FamCameroun au depuis de 2000 et dans la même veine, promettait à ses adhérents une sécurité sociale totale, alors qu’il ne payait pas ses impôts et ne reversait pas les cotisations sociales de ses employés. Plus loin aux Etats-Unis, le Conseiller, et Courtier propriétaire des Fonds d’investissements Bernard Madoff a procédé de la même manière promettant de fort rendement aux investisseurs qui lui plaçaient leur investissement. Les rémunérations provenaient en réalité des fonds versés par des nouveaux épargnants. Mais lorsqu’en 2008, à cause de la crise financière, une bonne partie d’investisseurs ont demandé à rentrer en possession de leur argent, le fonds Madoff s’est retrouvé coincé et à déclaré faillite, faisant perdre plus de 50 milliards de Dollars. Bernard Madoff , condamné en 2009 à 150 ans de réclusion criminelle pour une des plus grandes escroqueries de l’histoire américaine, croupi en prison. MIDA était sur ce chemin avant que les pouvoirs publics ne siffle la fin de l’escroquerie, Reste à clarifier d’autres volets des activités de cet organisme se reportant à la formation para-militaire. A quoi était destinée cette formation dont plusieurs centaines de jeunes ont bénéficié, alors que la soi–disante commanderie de l’Ordre militaire et hospitalier de Saint–Jean n’en a pas qualité. Une question et bien d’autres qui restent sans réponse d’où le doute sur les activités et les intentions de la MIDA. Et face au doute, les pouvoirs publics ont opté de protéger la masse vulnérable mais en plus de cela, le Président de la République, Paul Biya a instruit le gouvernement de prendre des mesures pour rembourser chaque client de MIDA à hauteur de ce qu’il aurait versé. Le gouvernement est ainsi résolument engagé aux côtés des faibles qui par naïveté se laissent prendre dans les serres des escrocs.
Il faut ainsi saluer la magnanimité légendaire du Chef de l’Etat doublée d’un humanisme débordant. C’est la preuve s’il en était encore besoin de ce que le Président de la République n’a de cesse de protéger sa population en général et sa jeunesse en particulier. On est aujourd’hui en droite ligne de condamné l’esprit du gain facile qui hante une certaine classe des Camerounais. Il faut savoir qu’il n’existe pas d’ascenseur pour accéder au bonheur et plus principalement pour devenir riche en dehors du travail. Les jeunes doivent tourner le dos à la facilité avec toutes ses conséquences. Car nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Aux jeunes avides de la facilité, sachez que vous êtes des proies idéales des charlatans et des « feymen ». Seul le travail est source de bonheur et comme l’indique un précepte biblique, « tu mangeras ton pain à la sueur de ton front. » . Et on peut renchérir et « non à la sueur de la facilité. »

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!