Congo : Pour faire face à Sassou Nguesso, une formation politique propose un candidat commun

L’opposition congolaise souhaite un représentant commun lors de la présidentielle de 2021. De hauts responsables, ont meme appelés à des états généraux de l’opposition afin de barrer la voix à Denis Sassou Nguesso.

Le pouvoir a déjà annoncé les couleurs. Il est déjà en ordre de bataille. Je pense qu’il faut qu’on arrive à avoir un candidat unique de notre côté, a déclaré à nos confrères de l’Agence France Presse un responsable du Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD), Jean-Jacques Serge Yhomby-Opango. En effet, le Chef d’Etat Sassou Nguesso, 76 ans dont 35 au pouvoir, a été investi sans surprise candidat à un nouveau mandat de cinq ans par le congrès de son Parti congolais du travail (PCT) fin décembre 2019.

Il avait été réélu en 2016 dans la contestation, après un référendum sur la réforme de la Constitution qui avait également suscité des troubles fin 2015.

« Le pouvoir en place n’a jamais été aussi faible (…). En 2016, le président Sassou Nguesso a été très mal élu. Il n’a rien fait de nouveau depuis. Ce serait invraisemblable qu’il gagne une élection sans tricher », a poursuivi M. Yhomby-Opango.

« Nous lançons un appel à son unité pour préparer si possible des Etats généraux, afin de présenter  un candidat unique », a ajouté le responsable de l’opposition après une conférence de presse donnée il y’a quelques jours.

En 2009 le RDD avait passé un accord pour gouverner avec le PCT au pouvoir. Cet accord est désormais jugé caduque par le RDD, formation fondée en 1990 par Jacques-Joachim Yhomby-Opango, président entre 1977 et 1979, puis Premier ministre de 1994 à 1996. Un autre parti d’opposition, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), affiche une autre stratégie pour l’avenir du pays pétrolier d’Afrique centrale (cinq millions d’habitants) qui a signé un accord avec le FMI après des années de crise économique.

En outre, l’UPADS a proposé fin décembre la prorogation jusqu’en 2023 du mandat du président Sassou Nguesso avec tous les pouvoirs constitutionnels qui s’y attachent, et avec interdiction pour lui de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Avatar

Frederick Emell


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!