Education : la migration des enseignants doit respecter la réglementation

C’est la recommandation donnée par le premier ministre aux ministres en charge de l’éducation ; à l’issue du Conseil de cabinet tenu le jeudi 30 août 2018 à Yaoundé.

Les assises que présidait M. Philemon Yang à la veille de la rentrée scolaire, ont regroupé, le Vice-Premier ministre, le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les ministres, les ministres délégués et les secrétaires d’Etat. L’échanges étaient axés sur des points précis : l’état des préparatifs de la rentrée universitaire 2018-2019, présenté par le ministre de l’Enseignement Supérieur; le bilan de l’année scolaire 2017- 2018 et les préparatifs de la prochaine rentrée dans l’enseignement primaire, maternel et secondaire, présentés par le ministre de l’Education de base et le ministre des Enseignements secondaires.

A la suite du propos liminaire du chef du gouvernement, le ministre de l’Enseignement supérieur a d’emblée présenté son rapport. De ce dernier il ressort que l’année universitaire 2017- 2018 s’est déroulée de manière satisfaisante. Outre l’arrimage des Universités au système Licence-Master-Doctorat (LMD), la maîtrise du calendrier académique s’est consolidée avec la clôture effective de l’année universitaire le 31 juillet 2018 dans tous les établissements publics et privés d’enseignement supérieur, y compris les grandes écoles créées par le président de la République le 08 janvier 2018. Evoquant plus spécifiquement la rentrée universitaire 2018-2019, le ministre de l’Enseignement supérieur a souligné que l’année académique proprement dite est prévue du 1er octobre 2018 au 31 juillet 2019.

Selon Jacques Fame Ndongo, environ 70000 nouveaux étudiants sont attendus dans les 08 Universités d’Etat et les 242 Instituts privés d’enseignement supérieur, ce qui portera les effectifs à 520 000 étudiants environ dans toutes les Universités publiques et privées.

A la suite du MINESUP, c’est au tour du ministre de l’Education de base de dresser son bilan. Youssouf Adidja Alim a indiqué que le bilan de l’année scolaire 2017-2018 dans l’enseignement maternel et primaire est très encourageant. Les statistiques consolidées révèlent que 4 696 998 élèves ont été scolarisés au cours de l’année écoulée, soit 3 467 734 dans les écoles publiques et 1 220 324 dans les établissements privés. Grâce à la mobilisation de 119 828 enseignants, le taux de réussite aux différents examens et concours officiels organisés en 2018 a connu une nette amélioration à l’échelle nationale par rapport à l’année 2017, à raison de 83,77 pour le Certificat d’études primaires, 92,57 pour le First School Leaving Certificate et 85,22 pour le Common Entrance Examination. Relativement aux préparatifs de la rentrée scolaire 2018-2019, le ministre de l’Education  base a présenté les dispositions prises aux plans administratif, pédagogique, matériel et financier, pour assurer le démarrage effectif des cours dès le 03 septembre 2018. Il s’agit notamment de la publication de la liste officielle des manuels scolaires, la mise en œuvre effective de la politique du livre unique, la formation de 15 362 enseignants aux nouveaux curricula du primaire et du préscolaire, le transfert aux Collectivités territoriales Décentralisées de près de 4 milliards de FCFA pour l’acquisition du paquet minimum au profit des écoles primaires 21publiques et d’environ 12 milliards de FCFA pour la construction de 847 salles de classe.

Le Conseil a enfin suivi l’exposé du ministre des Enseignements Secondaires, qui a confirmé la progression des résultats obtenus au terme de l’année scolaire 2017-2018 dans l’enseignement secondaire général et technique, en dépit des difficultés rencontrées dans certaines Régions du pays. C’est ainsi que le taux de réussite national aux examens relevant de cet ordre d’enseignement est passé à 56,19 contre 43,34 en 2017, soit un accroissement de 12,85. Ces performances résultent, entre autres, de l’augmentation substantielle des heures d’enseignement, de l’amélioration du taux national de couverture des programmes meilleur encadrement psychopédagogique des acteurs de la communauté éducative.

Au regard des exposés des ministres en charge de l’éducation, le Premier Ministre a souligné le fait que tous les membres du gouvernement doivent se conformer aux dispositions de la circulaire du 7 juillet 2011, relative à la mobilité du personnel enseignant dans les administrations. Cette circulaire fait état de ce que les enseignants se doivent d’exercer dans les établissements scolaires ou dans les administrations en rapport avec l’enseignement.

Philemon Yang a par la suite instruit au ministre de l’Enseignement supérieur, d’étendre le programme d’appui à la composante technologique et professionnelle aux établissements facultaires. En plus, Jacques Fame Ndongo doit œuvrer à l’opérationnalisation du Centre national de gestion du réseau d’interconnexion du Cameroun et des Centres du numérique universitaire.

Jean Paul Bekono

Jean Paul Bekono


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter