Affaire Zogo Andela Achille : quand la diversion veut torpiller la justice

Tout remonte en 2002 lorsque Zogo Andela Achille est interpellé parce que la justice voulait en savoir plus sur  “les 20 bateaux espagnols”, acquis par l’Etat du Cameroun sur prêt espagnol pour un montant total de 30 milliards de FCFA, y compris les 4 milliards du fonds de roulement.

De sources bien introduites, M. Zogo Andela est accusé de détournement des deniers publics à travers notamment le transfert dans son patrimoine personnel des 20 bateaux de pêche acquis par l’Etat du Cameroun , dont  il  ne devait  assurer que la location auprès des marins pêcheurs Camerounais. Comment  comprendre que M . Zogo Andela Achille ait outrepassé  ses responsabilités de ‘’ Chargé de location’’ des bateaux  pour devenir propriétaire desdits bateaux  pour lesquels il n’a déboursé aucun franc ? N’est -ce pas une infraction ou une fraude sur la propriété ?

Comment comprendre que M. Zogo Andela Achille ait délibérément  décidé et choisi d’immatriculer  ces bateaux à son nom ? Comment comprendre  que M . Zogo Andela Achille  ait dilapidé les  8 millions de Dollars US (4 milliards ) FCFA de fonds de roulement ? L’autre fait reproché à M. Zogo Andela  , c’est d’avoir subtilement fait sortir les bateaux du Cameroun pour les faire exploiter dans différents pays africains ( Congo, Sénégal , Mozambique) dans des sociétés  qu’il a créé par la ruse ( Congocrus, Senécrus, etc) . Face à ce charlatanisme   entrepreneurial, les autorités camerounaises vont tenter de dénouer les chevaux question de voir plus clair. C’est ainsi que la Caisse Autonome d’Amortissement qui est le gendarme  et le garant de la dette publique, sous son Directeur général d’alors Ndjankouo Lamaré, va engager des actions  conséquentes  que son successeur Dieudonné Evou Mekou , aujourd’hui vice –gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale ( BEAC)   va poursuivre. Actions visant à récupérer lesdits bateaux, non sans lui porter plainte. C’est pour établir la vérité que la justice est à pied d’œuvre.

Méthode épistolaire comme arme de manipulation de l’opinion publique  et  de diversion

Loin des prétoires où  ils sont attendre  pour défendre leur client, un groupe d’avocats dits de la défense de M. Zogo Andela Achille  vient de défrayer la chronique en adressant une lettre truffée de mensonges et d’incongruités au chef de l’Etat, faisant croire que leur client est innocemment retenu  en prison. En lisant leur lettre, plusieurs autres interrogations se posent. Peut-on prétendre sauver 3500  emplois et familles, sans  respect de l’éthique de gestion des entreprises ?

Peut-on prétendre être honnête  en foulant au pied   les  règles qui régissent les paiements des échéances des prêts ?

Ce qui  laisse pantois les adeptes de cartésianisme, et risible c’est le fait que  dans cette lettre, les avocats de M. Zogo Andela Achille  tentent de manipuler l’opinion nationale en prenant à témoin le chef de l’Etat et en  jetant  le discrédit sur les hauts commis de l’Etat  et même sur la justice  au point de vouloir  retourner  l’affaire en leur faveur. Ridicule !  En mettant en avant le nom d’Evou Mekou, les avocats de M. Zogo Andela Achille essayent machiavéliquement   de mêler à  leurs  égarements suicidaires  le prestige de la famille présidentielle, dont le vice- gouverneur de la BEAC est membre. A travers l’interpellation directe du chef de l’Etat, Ces avocats veulent égratigner l’orgueil  de Paul Biya , tout en  cherchant un bouc émissaire en la personne de Dieudonné Evou Mekou.

Celui, qui sous très haut Accord du Président de la République  a été nommé vice-gouverneur de la BEAC au terme  du 27éme  session extraordinaire de la BEAC le 30 juillet 2016 à Malabo en Guinée Equatoriale  est un homme digne de foi, qui ne demande qu’à servir son pays comme il l’a toujours fait et continue de faire. Vertueux et sachant son sens élevé de responsabilité et sa discrétion, il serait disposer  à témoigner à charge à l’éventuelle question que la justice viendrait à lui poser.

La république  exemplaire  dont le chef de l’Etat appelle de tous ses vœux et construit au quotidien  ne peut s’accommoder de ces agissements de spoliation, de vol et de  détournement des deniers publics. Laissons la justice fait son travail.

Maurice Foyet


2 commentaires

  • Michel Biem Tong

    11 juin 2018 at 9 h 56 min

    Vraiment du gros n’importe quoi, Que veut dire “chargé de location des bâteaux”? Apportez la preuve que Zogo Andela s’est approprié ces bâteaux et apportez la preuve qu’il les a fait immatriculé à son nom? Apportez la preuve de ce qu’après que Zogo Andela ait été jeté en prison sans être entendu devant juge d’instruction et sans être confronté à ses accusations pendant 5 ans, ces bâteaux ont rapporté à l’Etat et leur produit reversé au Trésor. Pourquoi vous ne dites rien sur sa détention arbitraire? pourquoi faites-vous un black-out sur la plainte déposée par Zogo Andela au TCS contre Evou Mekou et sa bande de fonctionnaires véreux? Pourquoi ne dites-vous rien sur les agissements du TCS qui refuse de lui laisser la possibilité de se défendre?

    Reply

  • Michel Biem Tong

    11 juin 2018 at 9 h 58 min

    Et c’est en 2008 qu’Achille Zogo Andela est interpellé par la police et non en 2002

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter