Agence de régulation des télécommunications : plus de 37 milliards de F de recettes en 2019

Après avoir consolidé les acquis et formidablement fructifié la subvention initiale d’un demi-milliard de F accordée par l’Etat en 1999 lors de sa création, le directeur général Philémon Zo’o Zame envisage l’avenir avec optimisme.

L’Agence de régulation des télécommunications (ART) est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère des Postes et Télécommunications, chargée de la régulation, du contrôle et du suivi des activités du secteur des télécommunications. La mission de réguler le secteur des télécommunications passe par l’épanouissement des consommateurs. « J’ai instruit mes collaborateurs de traiter en toute objectivité les plaintes qui sont déposées », souligne Philémon Zo’o Zame. Au quotidien quelques 488 personnes, dont 199 femmes, s’activent à l’atteinte de ce noble objectif. Au bout du 1515, numéro vert de l’ART, de millions de consommateurs trouvent gratuitement solutions à leurs plaintes. Tous les 15 mars, journée mondiale des droits des consommateurs, le régulateur se distingue par sa proximité avec ces derniers pour faciliter la communication et rendre compte de ses activités dont les chiffres brillent comme un sapin de Noël.

L’ART en chiffres

« L’ART a pu en 20 ans d’existence, réguler avec ardeur et détermination les télécommunications de notre pays », a reconnu le directeur général. Dans le cadre de ses missions, le régulateur a permis l’identification de 21 952 639 numéros de téléphone sur l’ensemble des quatre opérateurs évoluant dans le secteur. Il a aussi délivré 175 agréments d’installeurs d’équipements et 118 pour les vendeurs d’équipements. Il totalise 1 539 homologations délivrées, 43 500 000 numéros longs attribués et 6 302 numéros à huit chiffres à valeur ajoutée, 479 numéros à quatre chiffres et 100 numéros à trois chiffres ont également été attribués. Durant la même période, 272 codes USSD, 443 codes NSPC, 22 codes ISPC, 7 NDC dédiés, 4 NDC partagés et 3 codes MNC ont été attribués.
S’agissant de la délivrance des titres, le régulateur en a délivré 238, dont 4 concessions. Celle concernant CAMTEL est en cours procédure. 20 licences de première catégorie sont délivrées, dont 7 au cours de l’année 2019. Sur les 23 licences de deuxième catégorie délivrées, 13 l’ont été au cours de l’année 2019.


Les recettes financières sont aussi appréciables, et connaissent une croissance sans cesse. En 2019, elles ont atteint le seuil de 37 851 412 022 F CFA contre 30 900 184 283 F CFA en 2018. L’année 2020 s’inscrira sans doute dans la continuité de cette courbe ascendante.

Ciel sans nuages en 2020

« Nous allons poursuivre nos missions en toute objectivité », rassure Philémon Zo’o Zame. Le tableau de bord affiche, la mise en place d’une plateforme numérique centralisée pour l’identification des abonnés, la finalisation de la révision des lignes directrices prescrivant les modalités d’interconnexion des fournisseurs des services aux opérateurs concessionnaires. Un nouveau modèle de cahier de charges sera en vigueur pour une meilleure prise en compte des consommateurs. L’acquisition d’une plateforme automatisée pour le traitement des plaintes, et la modernisation du centre d’appel pour une meilleure prise en compte des préoccupations des consommateurs figurent en bonne place des objectifs à atteindre.
La reconversion vers les nouveaux métiers conformes aux missions de l’agence, pour 40% du personnel n’ayant pas l’expertise requise dans le domaine de la régulation des télécommunications est aussi inscrite dans l’agenda, aussi bien que la poursuite du projet de construction de l’immeuble siège de l’entreprise sis au boulevard du 20 mai.
Comme l’on pouvait s’y attendre, la défense des intérêts des consommateurs par le régulateur se heurte à la résistance de ses partenaires qui se démarquent par un faible taux d’exécution des décisions de sanctions. « Certains de nos partenaires préfèrent saisir les juridictions compétentes pour des sursis à exécution et annulation de certaines sanctions que d’exécuter les recommandations que nous formulons pour le bien-être et la protection de leurs propres abonnés », déplore le directeur général de l’ART. Au stade actuel, le concessionnaire CAMTEL est à 54,27% du taux d’exécution des recommandations formulées en son encontre, MTN Cameroon est à 98%, ORANGE Cameroun en réalise 98,%, quand VIETTEL Cameroun se situe à 70,74%. L’implémentation des réformes envisagées en 2020 permettra immanquablement au régulateur d’améliorer ces scores pour une régulation plus facilitée, au grand bonheur des consommateurs à l’endroit desquels, Philémon Zo’o Zame formule ses vœux les meilleurs de santé, prospérité et longévité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!