Exploitation minière : de l’or extrait par des Camerounais à Ngoura

Une convention de production a été signée le 29 novembre à Yaoundé entre l’Etat du Cameroun et CODIAS S.A, avec à la clé un projet de 40 milliards de FCFA.

Pour la toute première fois au Cameroun, une société d’exploitation minière de droit camerounais détenue à 100% par des nationaux va extraire de l’or de nos sols.  CODIAS S.A puisqu’il s’agit d’elle, en a fait son défi et l’a remporté en s’octroyant dernièrement  nombre de permis de recherche. Ces acquisitions lui ont valu la signature de la convention relative à l’exploitation de la mine d’or de Colomine dans l’arrondissement de Ngoura, département du Lom et Djérem à environ 170 kilomètres au Nord-est de la ville de Bertoua, région de l’Est. Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT), Gabriel Dodo Ndoke et le président du conseil d’administration par ailleurs promoteur de CODIAS SA, Bonaventure Mvondo Assam ont exprimé leur satisfaction à la suite de l’aboutissement de ce projet d’envergure, dont l’investissement est estimé à 40 milliards de FCFA. Le MINMIDT n’a pas manqué de souligner que cette activité faisait suite à l’autorisation du président de la République qui donne droit à cette signature  avec CODIAS de la première convention de minerai au Cameroun.

Des études préliminaires ont été réalisées sur le site, déjà six corps minéralisés ont été définis et caractérisés. Ces derniers constituent donc le gisement d’or identifié sur une superficie de 20 km2 et dont la ressource aurifère est estimée à environ 485 000 tonnes de minerai. La quantité d’or de métal est évaluée à 1867 kg. Pour ce qui est de l’exploitation, elle est prévue pour une période de cinq ans et selon les normes internationales selon Bonaventure Mvondo Assam.

Bertrand Sa’a, directeur technique de CODIAS SA, le projet de déroulera en plusieurs étapes. La capacité de production initiale annuelle sera de 500 kg d’or à partir de la deuxième année. La première étant consacrée à la construction de la mine et des autres installations minières connexes qui seront uutilises pendant la phase d’exploitation proprement dite. Concernant les retombées, Gabriel Dodo Ndoke parle d’un renforcement du tissu industriel existant ainsi que l’amélioration de la balance commerciale du Cameroun. En plus de fournir 500 emplois directs et plus de 1500 indirects, le projet va assurer un transfert de technologie grâce à l’appui qu’apporte des partenaires chinois. Il y a aussi les taxes et autres impôts qui seront reversés au gouvernement.  Le développement de la chaîne de valeurs compte aussi au niveau des réalisations puisque 15% de l’or collecté sera transformé au niveau local.

Bonaventure Mvondo Assam, encourage d’ailleurs d’autres  camerounais exploitants miniers à faire le grand saut vers une exploitation à grande échelle. « Il faut qu’ils aillent au fond de la recherche pour enfin, eux aussi, arriver à une signature de convention. Et ensuite à la création des emplois pour les jeunes camerounais. » A souligné le PCA de CODIAS SA.

Avatar

Nadia Dicka Lobe


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!