Sommet CEEAC-CEDEAO : Une rencontre aux enjeux de paix et sécurité

Les assises conjointes de haut niveau entre les deux institutions régionales africaines, se sont ouvertes le 30 juillet dernier à Lomé. Le Cameroun, représenté par le Chef du Gouvernement Philémon Yang a participé à ces travaux inédits.

Cette première rencontre commune Afrique de l’Ouest et Afrique centrale a réuni plusieurs chefs d’État et de gouvernement lundi dernier au Togo, sur les questions de paix et sécurité. Le Chef de l’Etat S.E Paul Biya, était représenté pour la circonstance par le Premier Ministre Philémon Yang. Les discussions ont été enrichissantes pour les deux organisations régionales, notamment sur le plan sécuritaire, car les deux entités sont plus ou moins confrontées aux mêmes menaces, et ce depuis plusieurs années.

A l’entame du sommet de Lomé, le président togolais, Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO a relevé que la proximité géographique et socio-économique entre celle-ci et la CEEAC a fait qu’elles partagent les mêmes enjeux sécuritaires.

L’entrevue des leaders de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a pu se conclure par l’adoption d’une déclaration commune des chefs d’Etats, sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme dans les deux zones. Parmi les points inscrits au communiqué final de Lomé, on pouvait lire que « les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont exprimé leur solidarité envers les autorités légitimes et le Peuple centrafricains et leur soutien à l’initiative pour la paix et la réconciliation dans le pays ». Ils appellent l’Union Africaine à rechercher avec les Nations Unies les moyens de lever l’embargo sur les armes imposé au Gouvernement de la République centrafricaine. De plus, Les Chefs d’Etat et de Gouvernement réaffirment leur attachement au respect par toutes les parties prenantes de l’Accord du 31 décembre 2016, seul cadre consensuel et inclusif pouvant permettre l’organisation d’élections transparentes et apaisées en République Démocratique du Congo. Ils saluent les efforts déployés par le Gouvernement dans la mise en œuvre du processus électoral conformément au calendrier de la commission électorale nationale indépendante.

En effet, cette assise inédite au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement vise à mutualiser les efforts afin de relever ensemble plusieurs défis.

En rappel, la CEDEAO et la CEEAC comptent 26 pays. Pour le président togolais, les frontières ne doivent pas constituer un obstacle à la coopération sécuritaire. Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU Antonio Gutierres, a fait savoir que les deux organisations sous régionales ont trouvé en 2013 au Cameroun, une solution à la piraterie maritime et que le sommet de Lomé représente une étape supplémentaire dans la coopération entre 26 Etats, soit la moitié de l’Afrique sur la paix et la sécurité.

Manfred Essome


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter