Survie Cameroun : Penda Ekoka et Alain Fogue convoqués par la Police Judiciaire

Les deux membres du MRC, par ailleurs responsables de l’association sous la houlette de Kamto sont convoqués ce 14 et 15 mai 2020 par l’institution.

Une enquête en cours à la Direction de la Police judiciaire à Yaoundé instruite par le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance du Mfoundi. Elle concerne l’appel à la générosité publique lancée par le programme humanitaire Survival-Cameroun. Organisation définie illégale par le Ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji.

Les convocations leur ont été servies le 12 mai 2020. Christian Penda Ekoka, président du management comité du programme humanitaire « Survie Cameroun Survival Cameroon » (SCSI) et Alain Fogue Tedom, trésorier national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) sont invités à se présenter respectivement les 15 mai 2020 et 14 mai 2020 à la direction de la police judiciaire à Yaoundé dès 10h. Ces convocations interviennent quelques heures seulement après l’interpellation de quelques volontaires de ce programme en train de distribuer les masques et gels hydroalcoolique à Yaoundé.

En outre, les intéressés sont invités à se présenter à la Direction de la police judiciaire « sous-direction des enquêtes économiques et financières à la porte 220 pour être entendus », peut-on lire dans la convocation signée par Jacques Dili le Directeur de la police judiciaire. La convocation servie à Alain Fogue et à Christian Penda Ekoka indique qu’ils peuvent venir avec le conseil de leur choix.

La mise au point du MINAT

Paul Atanga Nji reproche à l’initiative d’être un paravent pour le financement extérieur du MRC. Il brandit la loi de 1983 sur les associations et rappelle que son ministère, tutelle des associations ne reconnait pas SCSI. Le Minat reproche enfin à Maurice Kamto le droit de conduire ce projet de collecte de fonds en dehors de celui lancé par le chef de l’Etat sous la forme d’un fonds de solidarité nationale contre le Covid-19. Mais le leader du MRC s’entête et distribue des dons au nom de SCSI.

« Je vous saurai gré de bien vouloir solliciter auprès des responsables de l’Agence nationale d’investigation financière (Anif), dont la mission est, entre autres, de lutter contre le blanchiment d’argent, l’ouverture d’une enquête sur les activités de Survie Cameroon-Survival Initiative ». Ce sont là les termes de la correspondance que le ministre de l’Administration territoriale (Minat) a adressée le 13 avril 2020 au ministre des Finances (Minfi). Paul Atanga Nji sollicite de Louis Paul Motaze, outre l’ouverture d’une enquête, « au besoin de geler au préalable les fonds déjà collectés ». Cette mesure conservatoire n’exclut pas des poursuites judiciaires « à l’encontre de toutes les personnes à l’origine des activités financières obscures de ladite association ». Paul Atanga Nji légitime sa demande par le fait que, en tant que tutelle des partis politiques et associations, il n’a pas connaissance de l’existence d’une association dénommée Survie Cameroon Survival Initiative (SCSI).

Le Minat précise que cette association, « illégale et placée sous le couvert d’un parti politique ayant un compte bancaire domicilié à Afriland First Bank, est engagée dans une collecte de l’épargne publique prétendument destinée à la lutte contre le Covid-19 ».

Considérant que SCSI a violé les textes et conditions à remplir par une association pour ouvrir un compte bancaire, le Minat a sommé Afriland First Bank de clôturer le compte qu’aurait ouvert le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) sous le couvert de SCSI.

Le 7 avril, le trésorier national du MRC, Alain Fogue Tedom, a saisi le directeur général d’Afriland First Bank pour solliciter l’ouverture « d’un sous-compte sur le compte principal du MRC au nom de l’association Survie-Cameroon-Survival-Initiative ». Pourtant, le quotidien Le jour, réputé proche du MRC, soutient, dans son édition de ce 15 avril, qu’aucun compte n’a jamais été ouvert à Afriland First Bank pour héberger les fonds issus de la collecte initiée par Maurice Kamto, le président du MRC qui s’entête dans l’illégalité.

Blocus des comptes par le MINAT

Paul Atanga Nji est passé à la vitesse supérieure le 27 avril dernier. Le Minat s’est rendu à plus d’un communiqué à l’endroit des leaders politiques et associations qui ont ouvert des collectes dans le cadre de la lutte contre le covid-19 au Cameroun. Le membre du gouvernement demandait à des derniers, dans ses précédentes notes, de mettre fin à toute initiative de collecte des fonds autre que le fonds spécial de solidarité nationale crée par le président Paul Biya le 31 mars 2020.

Après s’être adressé au ministre des Finances pour prendre le dossier en main, le Minat a, à travers des pétitions signées le 27 avril 2020, demandé aux directeurs généraux de MTN et Orange Cameroon de « fermer les comptes Mobile Money et Orange Money ouvert par l’association illégale dénommée Survie-Cameroon- Survival Initiative », peut-on lire dans ces correspondances.

La semaine dernière, le MINSANTE avait ainsi refusé de recevoir un don fait par Maurice Kamto dans la lutte contre le coronavirus compte tenu de leur illégalité. Manaouda Malachie avait renvoyé la délégation conduite par Christian Penda Ekoka chez le MINAT.

Paul Eric Kinguè en rajoute

Le maire de Njombé/Penja n’est pas prêt  de fumer le calumet de la paix avec son ancien allié Maurice Kamto. Dans une interview accordée à nos confrères d’ABK radio, il a, une nouvelle fois, dézingué son ancien allié. Dans le but d’apporter du réconfort aux victimes du Covid-19, le MRC a lancé l’opération baptisée: « Cameroon Survival ». Pour Paul Eric Kingue, Atanga Nji a raison d’interdire le fonctionnement de cette association : « Survie Cameroun est une association illégale. S’ils arrivent à Njombe-Penja avec leurs dons, je les ferai embastiller », a-t-il affirmé dans une interview accordée mercredi à ABK Radio.

Concernant ses insultes proférées à l’encontre  de son allié d’hier, le maire de Njombé/ Penja dit n’y voir aucun problème : «  Où est le problème si on dit que Kamto a fait pipi sur lui? Ses supporters se mettent en colère alors qu’ils sont les mêmes qui disent que Paul Biya est mort. Que j’ai tué mon propre fils, ou que j’ai tué Lapiro de Mbanga qui pourtant souffrait déjà d’un cancer 03 ans avant sa mort », a-t-il expliqué.

Paul Eric Kingue, malgré sa volonté de nuire Maurice Kamto, ne souhaite pas que ses militants suivent son exemple. Si un seul de mes militants insulte Kamto, promet-il, je le fais passer au conseil de discipline. « Et ce que je reproche à Kamto, c’est le fait de ne m’avoir pas protégé…La source de mon animosité part du fait qu’avant son désistement, Kamto a investi des candidats jusqu’à Njombe-Penja. Une localité où j’ai du poids et où dans notre contrat, Kamto n’était pas censé investir des candidats à Njombe-Penja. »

Avatar

Christophe Mercier


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!
X