Coupe du monde 2022 : les protagonistes africains sont fixés sur le programme des qualifications

Les quarante équipes encore en lice ont été réparties en dix groupes de quatre, lors du tirage au sort organisé par la Fédération internationale de football association et la Confédération africaine de football le 21 janvier au Caire.

Au Caire, le tirage au sort des poules éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 en zone CAF a  permis de répartir les 14 vainqueurs du premier tour : Ethiopie, Zimbabwe, Namibie, Tanzanie, Djibouti, Malawi, Angola, Liberia, Mozambique, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Togo, Soudan, Rwanda, et les 26 nations africaines les mieux classées au regard de l’édition de décembre 2019 du classement mondial FIFA/Coca-Cola au sein de dix groupes de quatre.

Pour décrocher son billet qualificatif pour la phase finale de la 22e édition de la Coupe du Monde prévue du 21 novembre au 18 décembre 2022 au Qatar, le premier de chacun des dix groupes devra passer par un ultime round. Une phase de barrages en aller et retour. Les cinq vainqueurs de ces barrages, prévus entre le 8 et le 16 novembre 2021, disputeront le Mondial 2022. En plus de la composition des poules éliminatoires qui augure de belles rencontres sur le continent, le calendrier prévisionnel est aussi connu :

Journée 1 : 9 au 11 octobre 2020
Journée 2 : 13 au 15 novembre 2020
Journées 3 et 4 : 22 au 30 mars 2021
Journée 5 : 3 au 5 septembre 2021
Journée 6 : 9 au 11 octobre 2021

La composition des poules

Dans la poule D, le Cameroun et la Côte d’Ivoire ont à nouveau rendez-vous. Les palpitants épisodes des 4 septembre à Abidjan et 10 octobre 2005 à Yaoundé entre ces deux grandes nations sont encore frais dans les mémoires de Samuel Eto’o et Didier Drogba, acteurs majeurs de la campagne des éliminatoires du Mondial 2006 aujourd’hui à la retraite. A côté de ces deux piliers du football africain, on retrouve le Mozambique et le Malawi issus du premier tour éliminatoire.

Dans le groupe A, les Algériens, champions d’Afrique, sont ultra-favoris pour finir premiers au classement. Gare toutefois à la formation du Burkina Faso, 59e au classement de la FIFA, qui avait poussé les « Fennecs » dans leurs ultimes retranchements, lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014. Le Niger 112e nation au classement FIFA, toujours difficile à affronter sous le soleil de Niamey, aura un rôle à jouer dans cette poule. Enfin, les Djiboutiens, qui n’avaient jamais franchi le premier tour en qualifications pour le Mondial, devront ne faire aucun complexe.

Les « Aigles » de la Tunisie et le « Nzalang » de Guinée équatoriale déjà adversaires en qualifications pour la CAN 2021 qui se jouera en terre camerounaise, se retrouvent dans le groupe B. L’équipe de Guinée équatoriale est en reconstruction, à l’image de celle de Zambie située au 88e rang du classement FIFA. L’ambitieuse Mauritanie, qui a disputé sa première Coupe d’Afrique des nations (Égypte 2019), rêve désormais de goûter à la Coupe du monde.

Dans le groupe C, le Nigeria seule équipe africaine à avoir disputé les trois dernières Coupes du monde fait office de favori. Il croisera le Cap-Vert, la RCA et le Liberia. Les Cap-Verdiens, qui ont disputé les CAN 2013 et 2015, apparaissent comme la plus sérieuse menace pour les Nigérians, même si les Centrafricains ont affiché de sérieux progrès durant les éliminatoires de la CAN 2019.

Le Mali se retrouve avec trois équipes d’Afrique de l’Est dans le groupe E: le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda. Attention en particulier aux Ougandais, huitièmes de finaliste à la CAN 2019 et qui sont désormais coachés par le jeune mais talentueux Johnny McKinstry. Un Nord-Irlandais qui connaît bien les Rwandais pour les avoir dirigés en 2015-2016.

Dans le groupe F, l’Egypte et le Gabon sont à suivre avec leur superstar, Mohamed Salah et Pierre-Emerick Aubameyang. Les sélections de Libye et surtout d’Angolais pourraient jouer de mauvais tours aux « Pharaons » et aux « Panthères ».

Ils ont une chose en partage dans le groupe G : la langue anglaise. Si le Ghana et l’Afrique du Sud connaissent la Coupe du Monde, le Zimbabwe et l’Ethiopie semblent déterminés à gouter aux charmes de l’épreuve reine du football mondial, leur passage au second tour des éliminatoires est une preuve suffisante.

Porté par le Ballon d’or africain Sadio Mané, le Sénégal est incontestablement patron du groupe H. Parmi ses contradicteurs, on retrouve le Congo, la Namibie et le Togo de Claude Le Roy. Pour l’entraîneur français, ce groupe H a forcément une saveur particulière puisqu’il a dirigé les « Lions » du Sénégal (1989-1992) et les Congolais (2013-2015), par le passé.

Le Maroc a la faveur des pronostics du groupe I, après avoir notamment disputé le Mondial 2018. La Guinée-Bissau, brillante lors des CAN 2017 et 2019, ne doit pas être prise à la légère. Séduisante il y a encore quelques mois, le jeu de la sélection de Guinée s’est progressivement délité. Le Soudan semble être l’adversaire le plus faible.

Chaudes retrouvailles entre la RD Congo et Madagascar dans le groupe J. Les Malgaches avaient sorti les « Léopards » de la RD Congo en huitièmes de finale de la CAN 2019. Entre ces deux, la Tanzanie et surtout le Bénin classé 84e mondial, ne sont pas des figurants. Les « Écureuils » du Bénin, solides et vaillants lors de la dernière Coupe d’Afrique, ont une vraie carte à jouer.

Avatar

Frederick Emell


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!