CHRACERH : un cadeau du couple présidentiel pour résoudre les problèmes de fertilités

Créé par décret présidentiel en 2011, le Centre Hospitalier de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopique et Reproduction Humaine (CHRACERH) est un  établissement public administratif de type particulier.

Doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, il est placé sous la tutelle technique du Ministère de la Santé Publique et sous la tutelle financière du Ministère des Finances. C’est une structure publique de recherche, d’enseignement et de soins de haut  niveau à vocation nationale et internationale.  A ce titre, le CHRACERH  est notamment chargé de mener des activités de recherche, d’enseignement en matière de chirurgie gynécologique, de reproduction humaine et de dispenser des soins de santé de haut niveau dans les domaines suivants : Chirurgie Endoscopie(Coelioscopie et Hystéroscopie Opératoire); Reproduction Humaine, notamment l’Assistance Médicale à la procréation : FIV( Fécondation In Vitro), ICSI( Injection Intra Cytoplasmique du spermatozoide), Insémination artificielle et toute autre technique équivalente, Cancer Gynécologique, sénologie, Chirurgie plastique et reconstruction du Sein, Diagnostic Anténatal, prise en charge des grossesses à très hauts risque. Par ailleurs, le CHRACERH  peut également mener des activités d’enseignement spécifique, en relation avec les administrations concernées, et former des équipes médicales spécialisées dans le cadre de ses missions conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

Son administration quotidienne est assurée par le Professeur Jean  Marie KASIA, administrateur Directeur Général, sous l’autorité du Professeur Magloire Séraphin FOUDA, Président  du Comité de gestion. Pour remplir valablement ses missions le Centre dispose d’une architecture infrastructurelle à  la hauteur des défis à relever, Le Centre Hospitalier de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopique et Reproduction Humaine de Yaoundé (CHRACERH) est bâti sur une superficie de 7300 mètres carrés et comporte un édifice de 05 niveaux, dont 2 niveaux d’hospitalisation de 100 lits, une unité d’accouchement de quatre salles, une unité de néonatalogie, 06 blocs opératoires, un amphithéâtre de 300 places , une salle de travaux pratiques, une aumônerie et une mosquée, etc.

Mis en service en 2015, et inauguré  le vendredi 06 mai 2016, sous la présidence de la Première Dame du Cameroun, Madame Chantal BIYA. Elle a réitéré dans son discours de circonstance, son engagement à placer la santé des Camerounais et de la femme au centre de ses préoccupations et de ses combats. Le CHRACERH porté sur les fonts baptismaux constitue une offre de soins pointus qui s’inscrit dans le prolongement des activités menées au Centre Mère et Enfant qu’abrite la Fondation Chantal BIYA, a-t-elle indiqué. C’est un établissement de référence qui soutient la femme face aux différentes pathologies qui l’accablent, et entretient la chaîne de vie. Au nom des femmes, elle a solennellement remercié son illustre Epoux, le Président Paul BIYA, pour cette réalisation qui fera certainement le bonheur de plusieurs femmes en proie à des problèmes de fertilité.  Au corps médical, Madame Chantal BIYA a dit son appréciation et son admiration  de manière explicite : « Soyez au service de la vie ».

Depuis  2015  à nos jours  on compte des naissances à profusion  et ces naissances  sont l’œuvre du Professeur Jean Marie Kasia et son équipe. La réputation d’excellence du CHRACERH et le coût relativement accessible des prestations pourraient à terme éviter au Camerounaises de se rendre à l’étranger pour certains traitements de PMA car ce centre propose toutes les techniques modernes de PMA ; Il ne se passe plus  de mois  sans qu’on annonce ou ne fête la naissance des nouveaux bébés, voire des jumeaux au Centre. Son expertise en la matière et ses prouesses font  que les patients partent non seulement de la sous-région Afrique centrale, mais de l’Afrique en générale et aussi de l’Europe pour venir solliciter les soins.

On peut au vu des résultats engrangés affirmer que l’humanité se construit au cœur de l’Afrique centrale : au Cameroun et pour  citer le Professeur Jean Mari Kasia, administrateur Directeur général du CHRACERH,« Voilà donc offert aux femmes camerounaises et africaines un centre Hospitalier   de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopie et en Reproduction Humaine : une grande réalisation que nous  devons grâce  à la vision présidentielle et la ténacité de son épouse Madame Chantal BIYA, Ambassadrice  de Bonne volonté de l’UNESCO . » Madame Chantal BIYA, hier sauveuse de vie,  aujourd’hui donneuse de vie n’est pas exagéré. Les parents  lui  disent merci et les  bébés Que Dieu vous protège maman.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!