Trésor : les trouvailles archéologiques de Memve’ele réceptionnées par le MINAC

Une cérémonie de restitution des objets trouvés lors des fouilles liées à la construction du barrage de Memve’ele  dans la région du Sud, a eu lieu le 16 janvier 2019 à Yaoundé.

Des œuvres d’art et autres trouvailles vieilles de plus de 10 000 ans ont été sorties du sol à Memve’ele.  Parmi ces trésors, des fragments de pipe, des outils en pierre, flèches, lances, bracelets, tessons de poterie entre autres. Leur authenticité ayant été attestée, l’ensemble de ces objets archéologiques tirés de cette zone précise de la région du Sud ont été exposés lors de la cérémonie de restitution. Un acte qui est le fruit de l’effort de la chaîne de collaborations entre le ministère de l’Eau et de l’Energie, maître d’ouvrage du Barrage hydroélectrique de Memve’ele, le ministère des Arts et de la Culture, des archéologues et des cabinets de chercheurs, entre autres.

La cérémonie de restitution de ces vestiges s’est tenue le 16 janvier 2019 à l’Hôtel Djeuga Palace, à Yaoundé. Un évènement tenu en présence du ministre de l’eau et de l’énergie (MINEE), Gaston Eloundou Essomba et le Ministre des arts et de la culture (MINAC), Bidoung Mkpatt. Les deux membres du gouvernement se sont dit contents du fait que ce processus entamé depuis longtemps ait abouti. En tout 3846 artefacts ont été dévoilés dans le cadre de travaux archéologiques préventifs destinés à sauvegarder les ressources menacées par les activités d’aménagement, d’extraction, d’exploitation ou de construction, en cours sur les grands chantiers et projets structurants du pays. Ces trésors sont désormais entre les mains du MINAC. Une fin qui arrive consécutivement à la loi du 18 avril 2013 régissant le patrimoine culturel et recommandant la remise des biens trouvés sur ce type de chantier au département ministériel en charge de ce secteur. « Les résultats du sauvetage du projet archéologique de Memve’ele confirment une fois de plus l’existence d’un grand nombre de sites archéologiques de différentes natures dans notre pays. A cet effet, je voudrais inviter les aménageurs, les promoteurs de grands travaux, à mettre en œuvre l’archéologie préventive pour sauvegarder ces archives du sol », affirme le MINAC. C’est sur cette même note de satisfaction que le MINEE est sorti de cette cérémonie. « Le projet Memve’ele est une grande réalisation offrant de grandes opportunités, non seulement sur le plan énergétique, mais également sur les plans archéologique et historique. Bâtir un Cameroun prospère nécessite de connaître son passé réel. » A souligné Gaston Eloundou Essomba.

Selon le Pr. Dieudonné Bisso, directeur de cette opération baptisée « Projet Memve’ele », « les diagnostics, sondages et fouilles effectués ont permis de mettre à jour des dizaines de sites, dont cette documentation archéologique que nous rendons actuellement. Parmi ces pièces, nous avons de la céramique, du lithique (de pierres), des scories, du charbon de bois et du fer. » Pour le Dr Hassimi Sambo, archéologue et enseignant à l’Université de Yaoundé I, ainsi que pour le Pr. Raymond Asombang, directeur du Musée national, tous les deux impliqués dans les recherches, ces découvertes vont permettre de renforcer les données archéologiques locales, sous régionales et régionales. Elles seraient à mesure de développer le tourisme culturel du Cameroun.

Avatar

Nadia Dicka Lobe


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!