Corridors Douala-N’Djamena-Bangui : le transit sera facilité

Plusieurs mesures ont été prises dans ce sens par le ministre des Travaux publics à l’issue d’une réunion avec les transporteurs.

Audit des instruments de mesure, interdiction du pesage mobile, sont, entre autres des options mises sur la table afin de limiter les difficultés subies par les transporteurs routiers sur les trajets Douala-N’djamena-Bangui. Le ministre des Travaux publics (MINTP), Emmanuel Nganou Djoumessi a interdit l’opération de pesage à l’essieu mobile sur ces axes. Cette opération étant devenue un moyen de corruption pour certains agents véreux du MINTP, cette restriction va permettre d’en savoir davantage sur ce « trafic ».  Grâce à cela aucun chauffeur ne sera retenu des jours durant pour défaut de payement de frais de surcharge. Surtout que le payement à ce niveau est illégal. Là , il suffit de demander l’autorisation de circuler au ministère des Transports. Le MINTP l’a fait savoir le 21 juin lors d’une concertation avec les responsables de cinq syndicats de transporteurs routiers venus se plaindre de ce qu’ils endurent sur la route. Dans le registre des difficultés figure le payement des taxes sur plusieurs postes de pesage, qui, tout comme les problèmes de transport hors gabarits et de transport exceptionnels, le contrôle systématique au niveau des ponts bascules avec à la clé près de 160 contrôles sur le corridor. L’audit des équipements de mesures dans les prochains jours pour s’assurer de leur fiabilité, la réduction des pesées dans les stations fixes complètent la liste des mesures prises. Le déploiement ne se fera plus de manière permanente mais plutôt de façon inattendue. Il sera aussi question de s’assurer de la conformité, de la légalité ainsi que de la sécurité de toutes les opérations de pesage. Pour ce qui est des variations de résultats de pesées d’un poste à un autre, la plupart des camionneurs s’en plaignent. Emmanuel Nganou Djoumessi a reconnu qu’il est possible que cela arrive, « mais il y a des marges qu’on ne doit pas dépasser». Pour finir, concernant le comportement répréhensible des agents du MINTP, ceux qui ont été identifiés seront convoqués afin que les responsabilités soient établies. Le président du syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun et chef de file des syndicats, Pierre Sime a dit  être satisfait des résolutions prises en faveur des camionneurs. Déjà que  leurs activités économiques ont subi lourdement à cause de ces difficultés. Le chef de file  a néanmoins sollicité une formation des conducteurs de poids lourds  par les pouvoirs publics à l’usage de la route.

Avatar

Martin Mbouza


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!