France : Nicolas Sarkozy coupable de « corruption » et « trafic d’influence » ?

Le 8 janvier le tribunal correctionnel de Paris a annoncé que le premier procès pour « corruption » d’un ancien président de la Ve République, se tiendra du 5 au 22 octobre 2020.

Comme la roue tourne ! Les termes « corruption », « trafic d’influence », « détournements de fonds publics » et autres « biens mal acquis » en relation avec des chefs d’État renvoyaient exclusivement aux dirigeants du continent bordé par la mer Méditerranée au Nord, le canal de Suez et la mer Rouge au Nord-Est, l’océan Indien au Sud-Est et l’océan Atlantique à l’Ouest. Nicolas Sarkozy aurait-il été contaminé lors de ses rapports trop étroits avec les leaders africains, dont Mouammar Kadhafi ?

Quoi qu’il en soit, le premier procès pour « corruption » d’un ancien président de la Ve République, Nicolas Sarkozy, président de 2007 à 2012, aura lieu du 5 au 22 octobre 2020, a annoncé le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 8 janvier. Le procès se tiendra quatre après-midi par semaine devant la 32ème chambre correctionnelle, après une audience intermédiaire fixée au 17 juin prochain. Il est également renvoyé devant la justice pour « trafic d’influence ». Son avocat Thierry Herzog et l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert seront également jugés dans ce procès lié à l’affaire des écoutes, pour ces mêmes faits mais aussi pour « violation du secret professionnel ». Leur renvoi avait été annoncé en mars 2018, et leurs derniers recours avaient été rejetés en juin 2019. Les faits quant à eux remontent à 2014.

Les faits

Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir début 2014, par l’entremise de son avocat Thierry Herzog, des informations secrètes auprès de l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert, dans une procédure concernant la saisie de ses agendas en marge de l’affaire Bettencourt, soldée pour lui par un non-lieu en 2013 et ce, en échange d’un coup de pouce pour un poste à Monaco. L’ancien président avait renoncé à cette démarche au dernier moment, toujours d’après ces interceptions. Pour les enquêteurs, ce revirement peut s’expliquer par le fait que l’ex-président et Thierry Herzog venaient d’apprendre que leurs téléphones secrets étaient sur écoute. À l’annonce de l’ouverture du procès, leurs avocats n’ont pas souhaité faire de commentaires.

Nicolas Sarkozy, retiré de la vie politique depuis sa défaite à la primaire de la droite fin 2016, ne sera pas le premier ancien président de la Ve République à être jugé. Avant lui, Jacques Chirac avait été jugé et condamné en 2011 pour « détournements de fonds publics », dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris.

Avatar

Gérard Barbut


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!