Double scrutin du 9 février 2020 au Cameroun : « dans le calme et la transparence »

L’annonce est de Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale, quelques heures seulement après la fermeture des bureaux de vote.

Selon les informations fournies par Elections Cameroon (ELECAM), l’organe indépendant chargé de l’organisation des élections au Cameroun, 33 partis politiques ont présenté des listes pour les élections législatives tandis que 43 partis politiques étaient en compétition pour les élections municipales. Après la fermeture des bureaux de vote, les rapports reçus des autorités administratives indiquent que les élections se sont effectivement tenues dans les dix régions, les cinquante-huit départements et les trois cent soixante arrondissements du pays. Pour contribuer au renforcement de la transparence électorale, le ministre de l’Administration territoriale (Minat) a accrédité 16 765 observateurs nationaux et internationaux, et 150 journalistes qui se sont librement déployés dans les dix régions.

« Les images diffusées dans les télévisions et les réseaux sociaux depuis ce matin sont le témoignage le plus éloquent de l’engouement et de l’enthousiasme des populations des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », s’est réjoui le (Minat)En tant qu’agent du gouvernement dans le processus électoral, le Minat, à travers les autorités administratives, a accordé à ELECAM, l’encadrement sécuritaire nécessaire pour le bon déroulement du double scrutin.

« S’agissant des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les populations sont sorties massivement pour accomplir leur devoir civique dans toutes les circonscriptions administratives », confirme Paul Atanga Nji

Le boycott a du plomb dans l’aile

« Le mot d’ordre de boycott lancé par certains responsables de partis politiques qui, en réalité, ont eu peur de participer aux élections, a été ignoré par l’immense majorité des Camerounais ». Selon Paul Atanga Nji, après la fermeture des bureaux de vote, il est évident que les appels au boycott lancés par des politiciens véreux et les terroristes en perte de vitesse, n’ont eu aucun écho auprès des Camerounais. « Les terroristes n’ont désormais pour seule issue que les réseaux sociaux pour mentir et essayer de manipuler les consciences fragiles », ironise le Minat.

« Tous les Camerounais inscrits sur les listes électorales à aller voter, en ayant conscience qu’ils éliront des femmes et des hommes qui traduiront dans les faits les réformes voulues par le peuple camerounais, notamment l’accélération de la mise en œuvre de la décentralisation », annonçait le président Paul Biya lors de ses vœux de nouvel an à la nation. Un message traduit dans les faits par l’apôtre des grandes opportunités qui s’est joint aux autres 6 853 497 électeurs pour accomplir son devoir civique. « La démocratie marche au Cameroun et elle avance à grands pas », a-t-il confié à la presse à sa sortie du bureau de vote de l’école publique bilingue de Bastos.

« Les éventuelles réserves, du reste mineures, qui pourraient être soulevées par les partis politiques en compétition ne peuvent pas entacher la crédibilité du scrutin et la sincérité des résultats lorsqu’ils seront proclamés par les instances compétentes », renseigne le Minat. Pour mémoire les instances compétentes disposent de vingt jours pour proclamer les résultats du scrutin du 9 février 2020.

Avatar

Jean Jacques France


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!