Port autonome de Kribi : un point stratégique pour le Cameroun

Doté d’atouts à la fois naturels,  infrastructurels et humains. Le PAK connais depuis son lancement en mars 2018, un accroissement accéléré des trafics.

Le 02 mars 2018 est une date historique pour le port autonome de Kribi (PAK). Elle marque  la date à laquelle les trafics ont été officiellement opérationnels. Pour couronner la construction des bâtisses achevée, l’on a procédé à la finalisation des procédures de commerce extérieur, à l’installation et la mise en lien des acteurs de la plateforme logistique et la convergence rapide tant des marchandises que des clients.

Dès son ouverture, la structure dirigée par Patrice Melom n’a pas tardé pour se hisser comme un point stratégique pour les grandes entreprises du Cameroun et d’ailleurs. Le PAK est désormais considéré comme un acteur incontournable de l’économie nationale et sous-régionale en ce qui concerne les transports et de la logistique.  Chaque jour, le PAK a un impact sur la dynamique des chaines logistiques qui transitent sur son rivage. Ceci grâce aux  gains de temps et la maitrise des coûts de passage portuaires.

Le port autonome de Kribi est non seulement rentable, il est également l’un des ports les plus sûrs d’Afrique ; il a été certifié ISPS en mars 2018. C’est surtout un point où tous les acteurs mettent la main à la patte pour atteindre une performance générale, au service de l’économie du Cameroun et d’Afrique centrale.

Compte tenu de ses atouts naturels, de la qualité des infrastructures ainsi que de l’expertise de ses opérateurs, l’on n’a pas tardé à noter depuis son ouverture, une accélération des trafics stratégiques. Il s’agit notamment du transbordement et de l’exportation des matières premières agricoles.

Les chiffres parlent

Connecté à une cinquantaine de pays à travers le monde, le port autonome de Kribi a un bilan des  plus encourageants. Au cours de l’exercice 2018, le trafic maritime réalisé s’est situé à 6,4 millions de tonnes. Pour ce qui est des escales des navires, elles s’établissent au nombre de 274, au 31 décembre 2018. Le trafic des marchandises conteneurisées quant à lui représente 18% du trafic global des marchandises. La plus grande partie de ce trafic à l’export est constituée du bois ; et à l’import, la malte d’orge. Avec un total de 83 982 boites traitées, le PAK a traité 10 388 981 tonnes de marchandises conteneurisées, le transbordement y compris. Le volume de trafic à l’import est de 34 587 tonnes contre 359 386 tonnes à l’export vrac liquide exclu.

Le trafic de vrac liquide traité au port de Kribi représente 79% du trafic global avec l’exploitation du terminal gazier Hilly Episeyo et des terminaux pétroliers KK1 et EBOME. Pour un volume de trafic de 6 249 907 tonnes hydrocarbures et gaz confondus, les deux terminaux off-shore ont enregistré 59 escales.

Le trafic de vrac solide traité au port de Kribi représente 3% du trafic total avec pour principale marchandise le bois (billes de bois, débite ou scié et biomasse). Avec un total de 224 567 tonnes exportés.

Des chiffres qui iront croissants selon le directeur général du port, Patrice Melom, qui compte mettre tout en œuvre pour faire de cette structure une référence en Afrique et dans le monde.

 

 

Avatar

Nadia Dicka Lobe


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!