COSUMAF : une nouvelle tour de contrôle à Libreville

Les clés du bâtiment flambant neuf de deux étages, nouveau siège, situé au centre-ville de la capitale gabonaise ont symboliquement été remises à la secrétaire générale, Danielle Bunduku-Latha, représentante du président de l’institution, par un représentant du ministre gabonais de l’Economie et des Finances.

Le nouvel immeuble siège de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) est opérationnel depuis le 8 mai 2020. « Recevant les clés du nouveau siège de l’institution, la secrétaire générale de la COSUMAF, au nom du président de la COSUMAF, a exprimé sa reconnaissance et la gratitude de l’institution qu’elle représente aux hautes autorités du Gabon pour l’aboutissement du processus d’attribution d’un nouveau siège, après la fusion des marchés financiers de l’Afrique centrale », renseigne le communiqué de presse de la COSUMAF, à la suite de la cérémonie d’inauguration. La nouvelle bâtisse est le fruit  d’un accord de siège signé le 25 juillet 2005 entre le Gouvernement de la République gabonaise et la Cosumaf. En vertu de cet accord, « le gouvernement s’engage à fournir gratuitement les locaux abritant le siège de la COSUMAF dans la ville de Libreville. Au même titre que les missions diplomatiques, le siège est inviolable. Il est placé sous l’autorité pleine et entière de la COSUMAF. Le gouvernement assure gratuitement la protection des locaux de la COSUMAF et le maintien de l’ordre dans leur voisinage immédiat » précise l’article 3 de l’accord. Le nouveau siège se présente sous la forme d’un bâtiment de deux étages abritant une trentaine de bureaux, des locaux techniques, des salles de réunions, un hall et deux parkings. Il matérialise une option décisive dans le processus de dynamisation du marché financier de la sous-région.

La COSUMAF

Au moment de la réception, Danielle Bunduku-Latha a tenu à exprimer sa reconnaissance et la gratitude de l’institution qu’elle représente vis-à-vis des autorités gabonaises pour l’aboutissement de ce processus. L’institution est à ce jour l’autorité de contrôle et de tutelle du marché  financier de la CEMAC. Elle assume trois missions principales :

  • la protection de l’épargne investie en valeurs mobilières et autres instruments financiers émis dans le cadre d’un appel public à l’épargne ;
  • l’information des investisseurs ;
  • le bon fonctionnement du marché.

A ce titre la COSUMAF exerce sa tutelle sur : les émetteurs faisant appel public à l’épargne ; les opérations d’appel public à l’épargne ; les organismes de marché, dont la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale et le dépositaire central ; les intermédiaires de marché, dont les sociétés de Bourse et leurs représentants agréés, les banques fournissant des services réglementés par la COSUMAF, les conseillers en Investissement Financier, les démarcheurs ; les investisseurs intervenant dans le cadre des opérations d’appel public à l’épargne ; toute personne impliquée dans le fonctionnement du marché financier régional ; les offres publiques ; et les organismes de placement collectif et leurs sociétés de gestion.

La COSUMAF est composée d’un collège de 12 membres comprenant un président, nommé par la Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC, et 11 membres nommés par le Comité ministériel de l’UMAC eu égard à leur expertise reconnue en matière comptable, financière ou juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!
X