Economie – Cameroun: L’Etat vient à la rescousse de la SCDP

L’Etat a réagi via une correspondance officielle du Sécrétaire général à la présidence de la république en date du 25 mars 2020, adressée au Sécrétaire général du Premier Ministère Magloire Séraphin Fouda.

La Société camerounaise des dépôts pétroliers  a obtenu gain de cause à propos de la revalorisation des droits de passages à hauteur de 2 FCFA/litre contre 1,60 FCFA/litre, précédemment. Cette information est contenue dans une correspondance de Ferdinand Ngoh Ngoh, SG de la Présidence de la République.

Cette revalorisation des droits de passage au profit de la SCDP est conforme aux sollicitations de l’entreprise. Selon un récent rapport de la Commission de réhabilitation (CTR) des entreprises du public du Cameroun, elle souhaitait un relèvement du taux de passage à 2 FCFA par litre. Ce qui devrait permettre de mobiliser des ressources nécessaires à la réalisation de nouveaux investissements visant, dans un premier temps, à construire 55 000 m3 de capacité de stockage supplémentaires pour les produits blancs à l’horizon 2031 comme le mentionne nos confrères d’Investir Au Cameroun. Dans ce contexte, les 2 FCFA par litre sollicités constituent une subvention de l’État en faveur de la SCDP.

Cependant, fait remarquer la CTR, « entrevoir une subvention à travers la structure des prix des produits pétroliers pour financer la construction des bacs de stockage aggraverait le risque budgétaire pour l’État du fait de l’augmentation des manques à gagner et donc de la subvention des prix des carburants à la pompe ».

De plus, afin d’éviter le relèvement du passage dépôt, la CTR a proposé à l’État que la construction des bacs accueillant les stocks de sécurité de la SCDP soit financée par le budget d’investissement public (BIP). Ce qui devait mettre un terme aux frais de surestaries qui sont payés aux propriétaires des navires ne pouvant pas décharger leurs cargaisons, en raison de l’absence de creux dans les bacs de la SCDP.  Pour l’heure, les capacités de stockage de la SCDP ne sont pas réglementaires. À ce jour, indique la CTR, les stocks de sécurité de la SCDP en cas de crise grave, sont de 110 000 m3 (soit 20 jours d’autonomie au lieu de 30 jours réglementaires) tandis que les stocks outils sont de 55 000 m3 (soit 10 jours d’autonomie au lieu des 15 jours réglementaires).

Avatar

Manfred Essome


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!
X