Yaoundé : Le super maire Luc Messi Atangana va en guerre contre le désordre urbain

En prélude au championnat d’Afrique des Nations(Chan) prévu au Cameroun du 4 au 25 avril 2020, les autorités des villes devant abriter l’évènement sportif et culturel prennent des dispositions pour être prêts le jour dit. C’est dans cette logique que s’inscrit le nouveau magistrat de la ville de Yaoundé.

A l’issue d’une visite de terrain mercredi 11 mars 2020, Luc Messi Atangana a sommé les tenanciers des structures commerciales de bien vouloir libérer l’espace réservé à la voirie urbaine. Les interpellés sont tenus de se conformer à la décision administrative avant le début du Chan dans trois semaines. Rappelons que Luc Messi Atangana, natif d’Efoulan dans l’arrondissement de Yaoundé 3 a été porté à la tête de la cité capitale le 3 mars dernier en remplacement de Gilbert Tsimi Evouna qui avait alors passé quatorze années au poste de délégué de gouvernement. Le nouveau venu emboite le pas à son prédécesseur pour ce qui est de la lutte contre le désordre urbain.

Une arrivée salutaire

Le conseiller municipal de la commune urbaine d’arrondissement de Yaoundé 3 (Efoulan), vient de mettre fin au long règne de Gilbert Tsimi Evouna qui aura régné sur la capitale politique du Cameroun comme délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, 16 ans durant. La ville de Yaoundé a désormais son maire. Il s’appelle Luc Messi Atangana. Ce conseiller municipal de la commune urbaine d’arrondissement de Yaoundé 3 pour le compte du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), vient de remporter l’élection, au terme d’une session de plein droit présidée par le préfet du Mfoundi, Jean Claude Tsila.

Le collège électoral était composé de 294 conseillers municipaux des sept communes d’arrondissement de Yaoundé. Luc Messi Atangana a obtenu 196 voix. Il y a eu 98 bulletins nuls et trois abstentions. Le dénouement du vote a été assez difficile. Sans tenir compte des strictes consignes de vote du comité central du Rdpc dirigé par Jean Kueté, deux candidats se sont signalés à la dernière minute. Saint Eloi Bidoung (conseiller municipal de Yaoundé 6) et Jean Marie Abouna (tout nouveau maire de Yaoundé 1er) ont présenté leurs candidatures, avant de renoncer. C’est finalement seul, que Luc Messi Atangana s’est présenté comme candidat au poste de maire de Yaoundé. Il remplace ainsi Gilbert Tsimi Evouna qui quitte les affaires en vertu du nouveau Code général de la décentralisation, lequel met fin au poste de délégué du gouvernement nommé par le président de la République.

Luc Messi Atangana est secrétaire permanent du Conseil national de la décentralisation. Il est en service à la division des Affaires publiques et juridiques dans les services du Premier ministre à Yaoundé. L’ensemble de l’exécutif de la mairie de Yaoundé se compose comme suit :

1er Adjoint : Mvogo Okoa Simon ;
2ème Adjoint : Enoa Flavienne;
3 ème Adjoint : Palalou Mindjyawa;
4 ème Adjoint : Kwayep Mbianda Justin

Le trafic urbain, des innovations en vue depuis 2015

Afin d’anticiper sur les problèmes de trafic urbain que vivent les Camerounais et qui seront accentués lors des événements sportifs que prépare le pays, le gouvernement a opté pour de nouvelles offres de transport urbain. C’est dans cette optique que le consortium brésilien Marcopolo-Queiroz Galvao-Tectrans avait présenté à l’ex Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain (MINHDU) un rapport portant sur la construction d’un réseau de bus rapides dénommé « Bus Rapid Transit » (BRT). Les deux villes ciblées sont les capitales politique (Yaoundé) et économique (Douala). Le BRT est un système de transport rapide par bus de 160 passagers chacun qui empruntent des corridors de 17 et 21 kms de long sur des itinéraires dotés de stations, viaducs et souterrains. En attendant le bouclage du financement dont le coût des travaux n’a pas été dévoilé, les travaux du BRT étaient censés débuter en janvier 2016. Mais déjà cette piste pourrait être complétée par une ligne de tramway à Yaoundé qui est réactivée au MINHDU et dont un mémorandum d’entente avait été signé en avril 2014 entre ce ministère et la société belge Prefarails.

Ce qui ne va pas changer : Interdiction des motos taxi en centre-ville

Ils ont décidé de se dresser contre la décision prise par le gouverneur de la région du Centre mardi 12 Novembre 2019 en paralysant plusieurs artères de la ville. Naseri Paul Béa a listé des zones désormais interdites de circulation aux motos taximen à Yaoundé.  Une décision prise le jeudi 7 novembre dernier par l’autorité après une rencontre faite avec les responsables des syndicats et moto taximen. Cette décision avait été visiblement mal digérée par les benskineurs qui ont pris d’assaut le carrefour MEC. Circulation bloquée et grosse tension entre les grévistes et les forces de l’ordre depuis ce matin au lieu-dit, nous rapporte un de nos reporter sur le terrain.

Voici les zones désormais interdites de circulation aux motos taximen

Carrefour EMIA , ambassade de France, Olézoa, Carrefour Vogt, carrefour Atangana Mballa, Elig-Edzoa, Elig-Essono, Bata Nlongkak, Ecole de police, Tsinga, Ahala, Nkozoa, Mont Fébé, carrefour Bastos, Palais des Congrès, nouvelle route Bastos, Carrefour Warda, carrefour Coron, base aérienne 101 jusqu’à l’aéroport international de Nsimalen sans oublier le centre-ville sont les zones interdites de circulation pour les motos taxis.

Avatar

Manfred Essome


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!