Corridor Sangmelima – Ouesso : Sassou Nguesso inaugure le tronçon Sembe-Souanké-Ntam

La cérémonie du 6 mars 2020 a eu lieu en présence du ministre camerounais des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, alors que les travaux sur le tronçon Sangmelima-Ntam s’accélèrent.

La route de l’intégration sous régionale, longue de 700 km, est achevée sur les près de 400 km qui séparent la ville de Ouesso à la localité de Ntam sur le territoire de la République du Congo. Les travaux du tronçon Sangmelima-Ntam, sur le sol de la République du Cameroun s’accélèrent et seront livrés en fin d’année 2020. A Souanké le président congolais, Denis Sassou Nguesso a inauguré le dernier tronçon Sembe-Souanké-Ntam long de 143 km. Le ministre camerounais des Travaux publics était à la tête d’une importante délégation comprenant entre autres les autorités locales et ses collaborateurs chargés du suivi des travaux.

Exécutés pendant 31 mois par la société chinoise Sinohydro Tianjin Engineering Corporation, également présente au Cameroun, les travaux de l’axe officiellement entré en service sont évalués à près de 38 milliards de F sur financement de la Banque africaine de Développement (BAD) à 90%, et de la République du Congo à 10%.

Après la phase protocolaire à Souanke, le président congolais a visité la route sur 65 Km, jusqu’à la frontière avec le Cameroun à Ntam. Il y a découvert le poste frontière mixte construit sur une superficie de cinq hectares, et a livré ses sentiments à la presse camerounaise.

Le fruit des liens de fraternité entre le Congo et le Cameroun

Manifestation de l’entente cordiale entre les présidents Paul Biya et Denis Sassou Nguesso, ce projet est marqué côté camerounais, par le jumelage Owando-Sangmelima avec l’Université inter-Etats entre le Cameroun et le Congo basée à Sangmelima, et par la présence à Ouesso d’une représentation consulaire du Cameroun.

Partie intégrante du corridor n°29 reliant les villes de Brazzaville et Yaoundé sur plus de 1624 km, ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de développement des infrastructures en Afrique et du plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale. Il vise, entre autres, à favoriser l’intégration régionale, renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays et faciliter la circulation des personnes et des biens, mais aussi améliorer les conditions de vie des populations riveraines.

Un pas de géant pour l’Afrique centrale

Dénis Sassou Nguesso, président de la République du Congo

Sur la symbolique du projet…

« Avec l’inauguration de cette route, l’Afrique centrale a marqué un grand pas. Nous sommes ici à la frontière entre le Cameroun et le Congo. Nous voyons la route qui va à Sangmelima et le ministre des Travaux publics vient de me dire que d’ici la fin d’année tout sera prêt. Comme je le disais récemment à Brazzaville, très bientôt, nous aurons une route qui reliera le port de Pointe noire à celui de Douala en passant par Brazzaville, Ouesso, Sangmelima et Douala. Nous pouvons dire qu’à ce moment-là ce sera mission accomplie et nous passerons le relais à d’autres générations qui devront se montrer dignes de cela pour affranchir le développement de l’Afrique ».

Sur son appréciation du travail réalisé…

« Ce travail est énorme. C’est plus de 400 km de travaux dans la forêt dense, parfois inondée, parfois montagneuse. Il a fallu travailler dur pour pouvoir franchir ces obstacles. Nous sommes fiers de cela ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Qui sommes nous

Meyomessala international est un outil de communication stratégique, axé sur le marketing politique des  leaders d’opinion , des acteurs de la société civile africaine ainsi que  des acteurs économiques. C’est  une publication et  une diffusion du Groupe BYSSEN, entreprise de droit camerounais  spécialisée dans  la  communication  écrite  et cybernétique.




Newsletter


error: Content is protected !!